arbres nus

080309 009-filtered

(Bollenberg - 9 Mars 2008)


Dans ce triste décor balayé par le vent

ils sont là, tordus, lugubres, grinçants,

branches noueuses et noires tendues vers les cieux,

spectres implorants, abandonnés des Dieux.

De les voir malmenés et ainsi pantelants,

on aimerait croire à l’éternel printemps

qui leur conserverait leur feuillage, leur vigueur.

Ils ne seraient plus alors,  ni pliés

par les assauts d’un souffle glacé,

ni geignants sous des trombes sans pitié,

craquants, oscillants comme des navires perdus

dans la fureur d’une mer déchaînée.

Aucune main experte

depuis longtemps sur eux,

ne s’est penchée.

Ni taille, ni pansement sur leurs troncs abîmés.

Pourtant je m’arrête malgré l’hostilité

de ce tableau dantesque là, ébauché.

J’observe une branche, et je suis subjuguée :

De minuscules bourgeons commencent à pousser.


michèle

© fran6.fr - 2017