le chêne liège

090614 005

(Gorges du Blavet Var - 14 Juin 2009)


Adossé à un chêne liège,

Je descendais quelques arpèges

En priant Dieu, Bouddha que sais-je,

Est ce que tu penses à nous un peu.

Le monde est aux mains de stratèges

Costume noir, cravate beige

Ou turban blanc comme la neige

Qui joue de bien drôles de jeux.

Il y a dans nos attelages

Des gens de raison, de courage,

Dans tous les camps de tous les âges

Dont le seul rêve est d'être heureux.

On a dressé des cathédrales,

Des flèches à toucher les étoiles,

Dit des prières monumentales,

Qu'est- ce qu'on pouvait faire de mieux.

Etes vous là, êtes vous proche

Ou trop loin pour entendre nos cloches

Ou gardez vous les mains dans les poches

Ou est-ce vos larmes quand il pleut.

D'en haut de vos très blanches loges

Les voyez vous qui s'interrogent

Millions de fourmis qui pataugent

La tête tournée vers les cieux.

Sommes nous seul dans cette histoire,

Les seuls à continuer à croire ,

Regardons nous vers le bon phare

Où le ciel est t-il vide et creux.

Adossé à un chêne liège

Pris comme dans les fils d'un piège

Je descendais quelques arpèges

Je n'avais rien trouvé de mieux.

Où êtes vous dans l'atmosphère,

On vous attend on vous espère,

Mais c'est le doute et le mystère

Que vous m'aurez appris le mieux.

Adossé à un chêne liège

Je descendais quelques arpèges

Par un après-midi pluvieux.

Je descendais quelques arpèges

par un après-midi pluvieux.


Francis Cabrel

© fran6.fr - 2017